• christellefebvre2

Et l'empreinte environnementale de notre alimentation ?


L’alimentation représente entre 20 et 50 % de l’empreinte environnementale des français.


Les cultures et les terres consacrées à l’élevage occupent plus de la moitié de la surface de la France. Ces espaces agricoles nous apportent 90 % de ce que nous mangeons !


Ils jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique : une part importante de carbone y est stockée.




L’agriculture génère aussi des impacts :

  • 20 % des émissions de gaz à effet de serre en France

  • Une consommation d’énergie directe et indirecte

  • Une consommation d’eau importante

  • Une pollution de l’eau et de l’air

  • La perte d’une part des productions alors que les aliments pourraient être consommés. Voir notre article


Les productions agricoles n’ont pas toutes le même impact : élever des animaux, nécessite d’entretenir des bâtiments, de gérer leurs déjections mais aussi de produire leur nourriture, ce qui impact plus que la culture de céréales.

De même, la production de légumes sous serres chauffées émet 10 à 20 fois plus de gaz à effet de serre qu’une culture en plein champ.



La pêche et l’aquaculture fournissent également une petite part de l’alimentation. Mais les écosystèmes marins se fragilisent en raison de la surpêche, de la pollution et du changement climatique …





La transformation et la conservation des aliments (produits en conserves, réfrigérés et congelés) ont des avantages : cela évite le recours aux cultures sous serre et limite les pertes d’aliments car, pour les conserves, les légumes « moches » posent moins de problèmes.

Les conserves et les produits congelés permettent d’absorber les productions saisonnières de fruits et légumes qui ne peuvent pas être consommés frais.

De plus, le transport de produits transformés est souvent plus facile que celui des produits frais. Lire notre article


Mais plus un produit est transformé, emballé, réfrigéré, plus il génère d’impacts : il consomme plus d’énergie pour sa préparation et sa conservation, et de matières premières pour fabriquer ses emballages.


Le transport des denrées agricoles et alimentaires représente près de 30 % du transport de marchandises en France.


Vous l'aurez compris, tout cela n’est pas sans impact :

  • Le transport de certains produits nécessite beaucoup d’énergie

  • Les transports par avion ont beaucoup plus d’impact que ceux par bateaux et par camion.


La distribution génère également des impacts environnementaux :

  • La réfrigération en magasin est le premier poste de dépense énergétique des grandes surfaces alimentaires et représente 40 % de leur consommation globale d’énergie.

  • Les pertes alimentaires, liées notamment aux chartes fraîcheur ou à une mauvaise gestion des stocks, représentent entre 2 et 5 % du CA des grandes surfaces. Voir notre article

Aller faire ses courses, garder ses aliments au frais, cuisiner … tout cela consomme de l’énergie.


De plus, 85 % des emballages jetés par les ménages sont des emballages alimentaires qu’il faut collecter, traiter, recycler ou incinérer.


En France, l’objectif fixé par les pouvoirs publics est de réduire de 50 % le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire avant 2025.

Pour aller plus loin … allégez les poubelles !!! Vous limiterez encore davantage les impacts environnementaux de votre alimentation.


Pas de petits geste quand on est presque 8 milliard à le faire !




TEC accompagne ceux qui souhaitent s'engager.


Découvrez vos économies en réalisant une étude personnalisée sans frais.



28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout