Electricité d'origine nucléaire

Fabrication

Une centrale nucléaire est composé d'un ou plusieurs réacteurs dans lequel se produit le principe de fission permettant de produire une grande quantité de vapeur d'eau.

Il faut impérativement que le réacteur soit toujours alimenté en eau grâce à une pompe qui en récupère dans un fleuve à proximité.

La vapeur d'eau ainsi crée, actionne une turbine qui tourne et produit de l'énergie.

Le principe de la fission nucléaire

Depuis les années 30, il a fallu additionner les travaux de plusieurs scientifiques (Otto Hahn, Lise Meitner, Albert Einstein...) pour obtenir la concrétisation de ce principe permettant aujourd'hui de produire de très grandes quantités d'électricité à travers le monde.

La fission se crée à travers le bombardement de noyaux d'uranium 235 par des neutrons, ce principe permet de générer une quantité d'énergie très importante grâce au niveau de chaleur qu'il entraîne.


Le meilleur bilan carbone des énergies traditionnelles

Si la discussion de la pollution dépendait uniquement des émissions de CO2, il est clair que le principe nucléaire est le champion par rapport aux énergies fonctionnant avec des combustibles comme le Gaz ou le pétrole.

L'Uranium 235, les réserves mondiales

Nos centrales actuelles ne fonctionnent pas avec n'importe quel matériau. Pour produire notre électricité, il faut de l'Uranium 235.

Si on se base sur les chiffres de 2015, les 437 réacteurs en activité dans le monde ont produit 377 GW d'électricité, soit l'équivalent de 56 600 tonnes d'uranium 235.

Si ce rythme restait constant, nous devrions disposer d'une réserve de cette matière équivalente à 135 ans de consommation.

Mais la demande mondiale est de plus en plus importante chaque année avec des prévisions qui pourraient en plus s'accélérer car de nombreux pays en développement orientent leurs politiques de production d'énergie vers le nucléaire civil afin de limiter les émissions de CO2 et donc le réchauffement climatique. La demande annuelle mondiale pourrait atteindre les 100 000 tonnes d'ici à 2035, ce qui ramènerait ce calcul à une estimation entre 60 et 80 ans.

Réserves estimées entre 60 et 80 ans

L'électricité nucléaire à base d'Uranium 235 pourrait donc voir son prix augmenter au fur et à mesure des années, compte tenu du niveau de ses réserves.

Des nouvelles perspectives sont à l'étude pour faire face à ces questions avec l'attente de nouvelles technologies dans le courant du siècle avec des nouvelles centrales utilisant d'autres types de générateurs permettant d'utiliser 2 nouveaux matériaux, l'Uranium 238 ou le Thorium 232 dans le cas où le nucléaire serait maintenu dans le futur. Dans tous les cas cela nécessitera le renouvellement du parc de centrales qui sera à financer.

Le développement du nucléaire civil

  • Début du développement dans les années 1950, une vraie compétition des grandes puissances (Etats Unis, Russie, France et le Royaume-Uni) se développe. Les premières centrales voient le jour.
  • De 1960 à 1986, on assiste à une croissance rapide avec les Etats Unis et la Russie qui développent leur parcs et la France en Europe qui fait un virage radical dans sa politique énergétique. Ce phénomène politique est amplifié avec le choc pétrolier de 1973 qui pousse vers une volonté d'indépendance énergétique.

1986 Accident de Tchernobyl

Le grand coup de frein des années 1990. L'explosion du réacteur de Tchernobyl dû en grande partie à des erreurs humaines a provoquer un choc dans le monde à la hauteur des conséquences qu'il a engendré.

En effet, cet accident a fait de nombreuses victimes et un nuage radio-actif s'est propagé à travers de nombreux pays (jusqu'en France).

Cet évènement a démontré les dangers de ce développement de la radio-activité à travers le monde et a ainsi freiné la construction de nouveaux réacteurs dans le monde jusqu'au début des années 2000.

La France et son pari pour son indépendance énergétique

La France reste un cas particulier dans le monde. Ne produisant ni gaz ni pétrole, le nucléaire constitue la voie vers son indépendance. La mise en fonction de son parc nucléaire dans les années 1970, le retour en arrière n'étant plus possible après les investissements déjà engagés, la France continue sur sa lancée et devient un leader mondiale du domaine permettant aux Français de consommer de l'électricité à faible coût par rapport à ses voisins Européens

Depuis le début des années 2000, pour faire face au réchauffement climatique et limiter le CO2, le nucléaire regagne progressivement de l'intérêt pour son développement, la blessure de tchernobyl semble cicatriser dans de nombreux pays qui voient à nouveau l'intérêt dans son développement.

2011: Accident de Fukushima

Le deuxième grand coup de frein du nucléaire. Cette fois, l'accident est lié à une cause naturelle, suite à un Tsunami, c'est la centrale de Fukushima au Japon qui est touchée avec encore une fois un nombre de victimes importants et des conséquences écologiques catastrophique (nuage radio-actif, eaux contaminées sur plusieurs kilomètres.)

En conséquence, certains pays abandonnent leur projet de développement (Allemagne, Italie,...) et prône une sortie définitive du nucléaire.

La France, forte de sa capacité de production et d'un bilan sécuritaire pour son parc, décide la poursuite de son activité mais annoncent des investissements très importants pour renouveler et sécuriser ces centrales.

Les centrales, ça s'entretient

En effet, Nos centrales ont pour la plupart été construites dans les années 1970 avec une durée de vie estimée à 40 ans.

On y est!

La France qui a bénéficié pendant 40 ans de cet investissement et qui a pu de ce fait améliorer largement son bilan carbone et réduire sa dépendance aux pays exportateurs d'énergies fossiles, doit faire face à un nouveau défi.

Démanteler, sécuriser et renouveler notre parc.

L'électricité produite, la nécessité de fonctionner sur une stratégie d'import/export

L'électricité est une énergie coûteuse à stocker. La France doit donc malgré sa grande capacité de production répondre à un besoin en temps réel, c'est pourquoi que la stratégie commerciale est de vendre à l'étranger même si la France produit plus que son besoin chaque année en terme de Tw/h grâce à l'apport des autres moyens de production.

Zoom sur 2017 Rapport entre production et consommation

La stratégie Française pour les années à venir

Le remplacement des énergies fossiles par l'électricité et le MIX de production d'électricité avec les énergies renouvelables

On peut se rendre compte dans le graphique ci-dessus qu'il est encore impossible de se passer de notre production lié au nucléaire, mais la France pousse vers le développement des énergies renouvelables pour pouvoir augmenter ses exportations et limiter ses importations qui lui coûte plus cher.

L'objectif du mix énergétique annoncé : baisse de la part du nucléaire à 50% d'ici à 2035.

C'est un objectif ambitieux et un défi que la France a lancé pour le développement de la part des énergies renouvelables.

On en est encore très loin, mais la prise de conscience progressive du coût du nucléaire dans les années à venir et l'amélioration de la technologie des énergies renouvelables favorisent cette possibilité.

Comprendre que cet intérêt écologique va dans un intérêt économique

  • Au niveau national, parce que les besoins en électricité augmentent et que la France a un intérêt à améliorer sa capacité d'exportation.
  • Au niveau individuel, parce que l'électricité nucléaire coûtera de plus en plus cher dans les années à venir.

L'autoconsommation, la clef du développement des énergies renouvelables dans l'avenir

Depuis Mai 2017, l'état autorise chaque particulier qui en a la possibilité de produire son électricité grâce à l'énergie renouvelable et de revendre le surplus d'électricité au réseau, dans le but de limiter les 33% de part de consommation lié au résidentiel dans notre consommation annuelle.

L'intérêt financier pour l'état et EDF est de pouvoir augmenter sa capacité d'exportation et limiter les importations. Des mesures d'encouragements sont donc mises en place afin d'aider les particuliers à installer ces dispositifs.

Entre 2018 et 2019, L'autoconsommation connaît une courbe de croissance qui explose, Certaine prévisions annonce près de 4 millions de foyers équipés d'ici 2030.


Le Coût du nucléaire en France

La France est soumise donc à un choix de continuité avec le nucléaire pour conserver son indépendance et encourage le recul en priorité des énergies fossiles.

La modernisation entamée, permet de reculer l'échéance de durée de vie de notre parc actuel d'une vingtaine d'année et d'accompagner le développement de projets en vue de la construction d'un nouveau parc à l'issue de cette période.


Les projets de construction d'un nouveau parc en prévision dans les années 2040, nécessitera des moyens 2 fois plus importants pour assurer la sécurité, les nouvelles normes et répondre à la problématique de l'Uranium 235.

La période actuelle, la fin d'une électricité "bon marché"

Jusqu'à maintenant la France bénéficiait de l'un des tarifs les moins cher grâce à sa capacité de production par rapport à ses voisins Européens.

Mais la fin de cette période de durée de vie de notre parc nous amène dans une situation où La France va devoir financer les impacts de son parc nucléaire et sa modernisation.

Ce financement impact fortement le prix du Kw/h que vous payez.

Dans la dernière décennie le tarif a augmenté de près de 35%.

Les 3 postes de dépenses importants

Ce que nous finançons avec les augmentations

Maintenance et sécurisation du parc actuel

Traitement des déchets nucléaires

Investissements sur la production future

L'augmentation, ça accélère

2019 est une année record en terme d'augmentation

5,9% au mois de juin et 1,3% au mois d'août soit 7,2% sur l'année.

Différents scénario se profile, mais la cour des comptes tire la sonnette d'alarme et préconise des augmentations similaires dans les années qui viennent pour faire face au coût de production du nucléaire et le financement des projets à venir.


Le nucléaire le financement des intermédiaires par les taxes et abonnements

35% de votre facture seulement dédié à la fourniture de votre électricité,

Pour le reste vous financez les intermédiaires et contribuer avec des taxes qui deviennent de plus en plus importantes.

Evolution de la CSPE

La CSPE (Contribution au service public d'électricité) a augmenté de 650% depuis 2002. Elle est variable selon votre consommation.

Si un ménage consomme 8000 Kw/h soit 8 Mw/h sur l'année, la CSPE est de 8 x 22,50€ soit 180€.

Les solutions pour le secteur résidentiel que nous étudions